Les baisses de subventions du Département aux associations peuvent atteindre cette année jusqu’à 40 %. Comment justifier des baisses brutales prises sans considération du travail accompli, sans concertation avec les bénévoles et les salariés impliqués ? Faut-il rappeler les missions essentielles remplies par les associations culturelles, sportives, éducatives et sociales au plus près des habitants et des territoires ? Ces baisses remettent en cause la pérennité même de leur existence. De quelles économies parle-t-on ? Le monde associatif est un acteur incontournable de la solidarité, de l’éducation mais aussi de l’emploi. Ne faisons pas payer aux associations une crise qu’ils sont les premiers à combattre.

 

Nicolas KOUKAS – Groupe Communistes et Partenaires

Conseiller départemental du canton d’Arles

ACCENTS – novembre/décembre 2016 : Les associations en première ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.