Aurore RaouxMadame la Présidente,

Mes chers collègues,

Ce rapport, qui présente le bilan de l’activité des services du département pour l’année 2017, a retenu toute notre attention.

Plus particulièrement la page 8, qui mentionne le transfert des agents du Département à la Région et à la Métropole, suite à la mise en œuvre de la loi NOTRe, et au transfert de la compétence des Transports, que les élu-es du groupe auquel j’appartiens ont combattu et dénoncé avec beaucoup de ténacité.

La situation que connaissent les familles des 2 millions d’élèves hors agglomération qui, à travers l’hexagone,  prennent le bus pour se rendre sur leur lieu d’études,  leur donne malheureusement raison.

En effet, pour la rentrée prochaine, la région a fixé le coût du transport scolaire à 110 euros par élève, là où le département des Bouches du Rhône avait fait le choix politique de la gratuité.

C’est un véritable coup de massue porté aux familles, quand on sait que le coût de la rentrée des classes représente déjà entre 26 et 40% du budget familial pour le seul mois de septembre, selon la taille de la famille, le niveau d’études et les revenus du foyer.

110 euros pour les élèves du pays d’Arles, comme pour d’autres à travers le Département, la note est salée !

110 euros pour les saliniers sur un trajet de 9 km seulement leur permettant de se rendre chaque jour au collège Robespierre à Port Saint Louis du Rhône.

Nous avons là un parfait exemple des conséquences de la loi NOTRe qui crée des différences de traitement des parents d’élèves à seulement quelques km d’écart.

Nous sommes depuis interpelés par des parents d’élèves qui ne comprennent ni n’acceptent cette mesure profondément injuste et nous partageons leur mécontentement.

Ni les arguments avancés, ni la promotion de PASS « tous transports » n’apaiseront la colère des familles qui demandent simplement un aller-retour gratuit / jour, afin que leur enfant puisse suivre des études.

Tout montre que la gratuité est une idée moderne car:

  • La gratuité favorise l’utilisation des transports en commun, ce qui permet de limiter les flots de véhicules et leurs effets sur la santé et l’environnement, permet de réduire la fatigue des transports quotidiens et le risque d’accident.
  • Le financement de la gratuité des transports n’est pas un obstacle insurmontable, nous pouvons démontrer que c’est possible. La gratuité est donc un choix politique à faire pour une société plus moderne et socialement durable. Plus de démocratie s’impose dans la gestion du « Versement Transport», principale source de financement des transports.

Cette décision est lourde de conséquence. Il nous faut mesurer que le coût du transport peut avoir une incidence sur les choix d’orientation des jeunes.

Nous écrivons donc au Président de région pour lui demander de travailler à la gratuité des transports scolaires, condition essentielle de l’égalité des chances, de l’équité entre les territoires ruraux et les territoires urbains. Et nous appelons les élu-es de notre collectivité à soutenir cet appel.

Je vous remercie de votre attention.

 

Seul le prononcé fait foi.

Séance Publique du 29 juin 2018 – Intervention d’Aurore RAOUX sur le rapport n°13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.