Aurore RaouxMadame la Présidente,

Monsieur le délégué,

Mes chers collègues,

 

Vous avez engagé depuis 2017 une démarche d’acquisition de locaux afin de créer les maisons du bel âge. D’ici la fin de l’année il devrait y en avoir 21 dont 14 à Marseille. Ces espaces doivent aider les séniors dans leurs démarches administratives. Au moment du vote du rapport en 2017, nous vous avions indiqué que ces lieux ne devaient pas servir d’argument aux différents plans de casse des services publics, car les conséquences pour la population sont désastreuses. C’est de notre point de vue, une bataille essentielle qu’il faut continuer à mener comme celle du maintien des services publics sur tout le territoire.

Je crois, avec mes collègues, que si maisons du bel âge il y a, elles doivent partir des besoins et définir des actions concrètes et diversifiées pour améliorer une qualité de vie des personnes âgées  qui prenne en compte des dimensions multiples :

Vivre chez soi le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions est essentiel. L’autonomie des personnes est donc au cœur des choix que nous devons porter : entre autres sur le logement, les liens sociaux, l’isolement et l’amélioration des prestations. Ces actions engagent une réflexion globale sur la place des seniors dans la société.

Dans notre département, des communes ont depuis longtemps fait le choix de rompre l’isolement et permettre à chacun de vivre en toute dignité. Il existe déjà des lieux à destination des séniors dans des quartiers, comment ceux-ci vont-ils être aidés et accompagnés comme le sont les maisons du bel âge par notre collectivité ? Auront-ils droit aux mêmes moyens ?

Vous le savez comme moi, l’amélioration de la vie des séniors passe aussi par un soutien aux aidants. Ceux qui entourent quotidiennement la personne âgée dépendante doivent pouvoir bénéficier d’un soutien, d’une écoute et d’une information claire sur les aides dont ils peuvent disposer.

Des périodes de répit sont par ailleurs indispensables pour ces aidants non professionnels qui ont besoin de lieux d’accueil et de formation.

Les Maisons du Bel âge doivent jouer un rôle pour aider à cela.

Et je termine sur la situation des hôpitaux et du secteur santé. En raison de la diversité des modes d’accompagnement et des intervenants auprès des personnes âgées, la structuration des coopérations, comme par exemple la coordination entre les communes et les hôpitaux, est essentielle.

Nous le voyons bien dans nos cantons, l’accès au soin devient difficile.

Les choix gouvernementaux tels que la loi santé du gouvernement laissent l’hôpital et les EHPAD prisonniers des logiques libérales de rentabilité et de tarification. Ils refusent de répondre aux vrais enjeux sanitaires en décrétant un plan d’urgence pour l’hôpital public et pour la perte d’autonomie. Pour preuve la situation des urgences dans notre pays et la mobilisation des agents depuis plusieurs semaines.

D’autre part, de plus en plus de bucco-rhodaniens sont privés d’un médecin généraliste. Une pénurie inacceptable dans l’un des pays les plus riches au monde. Comme dans mon canton, alors qu’il s’agit d’une « Zones d’interventions prioritaires », en matière de santé et d’accès au soin.

Dans les Bouches du Rhône, nombreux sont les secteurs touchés.

De plus en plus d’élus et de citoyens inquiets agissent pour tenter d’y remédier, afin de bousculer le système et résoudre cette injustice fondamentale d’accès aux soins du quotidien, par nature de proximité.

Le Département doit faire preuve d’audace, nous sommes convaincus qu’au-delà du contexte, le propre d’une collectivité est de pouvoir agir, de faire bouger les lignes et d’inventer des solutions adaptées, tant aux besoins des habitants de tout le département, qu’aux spécificités de chacun des territoires qui le composent.

Mon intervention n’est pas une critique des maisons du bel âge mais une invitation à prendre en compte les complémentarités des autres acteurs : les associations les clubs ou foyers séniors, les CCAS, les aides ménagères, qui interviennent sur la  question dans un souci d’équité afin de coordonner notre action dans le département.

Je vous remercie,

 

Seul le prononcé fait foi

Séance Publique au CD13-27 juin 2019-Budget supplémentaire et DM1-Intervention d’Aurore RAOUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.