Aurore RaouxMesdames, Messieurs,

Cher-es Ami-es,

 

Cette traditionnelle cérémonie des vœux,  qui nous permet chaque année de nous retrouver pour un beau moment de convivialité, intervient dans un contexte national très particulier, qui ne peut laisser l’élue de gauche que je suis –indifférente- :

La démocratie est en crise, après avoir méprisé les élus locaux et les partenaires sociaux, réduit les dotations aux collectivités, le Président de la République lance un « grand » débat national pour canaliser la colère des français, en réponse à un mouvement social d’une grande ampleur : les cheminots, les salariés du privé et du public, les robes noires, les blouses blanches, les stylos rouges, les lycéens, les retraités, Les gilets jaunes, mouvement citoyen, lancé sur les réseaux sociaux il y a maintenant un peu plus de 2 mois, pour dénoncer la hausse des carburants et la perte du pouvoir d’achat.

Tous appellent à l’amélioration de leurs conditions de vie, à retrouver de la dignité, tout simplement.

Personne ne connaît l’issue de cette mobilisation, mais d’ores et déjà, je nous souhaite de parvenir à nous rassembler, puisque nos revendications sont très proches les unes des autres.

Parce qu’ensemble, nous serons plus forts !

Nous sommes des élus de terrain et n’avons pas attendu que le gouvernement lance un débat pour recueillir la parole des citoyens : dans nos permanences, nos conseils de canton, nos réunions publiques.

Depuis le début du mois de janvier, nous allons à la rencontre des habitants de tout le canton avec les cahiers de doléances, afin de poursuivre cette concertation qui nous permet de mettre les citoyens au cœur de notre action.

Nous aborderons tous les sujets qui les préoccupent, quitte à déborder du cadre fixé par Le Président de la République…

Augmentation des salaires/ des retraites/ Rétablissement de l’ISF.

Cette concertation, cette proximité nous ont permis, en 2018 :

  • D’obtenir, en travaillant avec les habitants et le Parc de Camargue, des arrêtés permettant de limiter la circulation des poids lourds de plus de 12T sur la départementale 35, reliant Port Saint Louis du Rhône à Arles, pour plus de sécurité et moins de nuisances pour les riverains.
  • C’est dans ce même état d’esprit, que nous avons dénoncé l’augmentation des tarifs pour les transports scolaires, votée par la majorité à la région et à la Métropole, et ses conséquences sur le budget des familles et sur le parcours de scolarité…

En 2018 également,

  • Les collégiens ont fait leur rentrée des classes dans un établissement neuf, plus moderne et plus confortable, avec des équipements que beaucoup nous envient.

La population est venue nombreuse pour le visiter, plus de 1000 personnes le soir de la journée portes ouvertes du 17 septembre

J’en profite pour remercier l’ensemble de la communauté éducative du réseau qui travaille sans relâche à la réussite de tous les élèves de PSL et de Salin de Giraud.

  • Fin décembre, la Présidente du Département donnait son accord de principe pour octroyer une subvention de 2,44 millions d’euros pour le projet de reconstruction de la maison de retraite. Un dossier qui nous tient à cœur, qui est très attendu par les familles, mais aussi par le personnel qui travaillera dans de bien meilleures conditions.

Albert Camus a écrit :

« Le bonheur est la plus grande des conquêtes, celle que l’on fait contre le destin qui nous est imposé ».

Du bonheur, je vous en souhaite beaucoup, à vous et à vos proches.

Ce destin qui nous est imposé,

C’est la réforme des collectivités, dont l’objectif est de réduire la dépense publique,

Avec des conséquences désastreuses sur les services publics qui diminuent, renforçant l’isolement des territoires ruraux comme le nôtre…

Sur cette question de la mobilité, le dossier du Bac de Barcarin est l’exemple type d’un service public qui se dégrade car la feuille de route de la majorité est de faire des économies.

Seulement voilà, ce sont les habitants qui en subissent les conséquences, au quotidien.

D’où la colère exprimée par Nicolas Juan dans sa lettre ouverte à la présidente du SMTDR, colère que nous partageons…

Ce destin qui nous est imposé,

C’est la fusion entre le Département et la Métropole, dont nous ne voulons pas !

Je laisserai Nicolas parler de l’intégration du Pays d’Arles et vous donner les résultats de la consultation citoyenne…

Nous n’avons pas encore les conclusions du rapport remis par le préfet au premier ministre…

Mais nous savons que dans le Val de Marne, ou encore à Bordeaux, la fusion n’aura pas lieu, alors soyons optimistes et continuons à nous faire entendre !

Dans la situation actuelle, avec les retards et les besoins d’une Métropole sans capacité d’autofinancement, comment le département parviendra –t-il à rester le chef de file de la Solidarité ?

Car nous souhaitons que le Département puisse accompagner les collectivités et les habitants comme il le fait actuellement :

  • Que ce soit pour le financement des contrats de développement des communes, 3 millions d’euros pour la construction d’une piscine éducative à Port Saint Louis par exemple.
  • Pour tenir les engagements pris pour la reconstruction des collèges ou des casernes des pompiers,
  • Pour les subventions aux associations, soit pas moins de

400 000 euros en 3 ans, ici à PSL.

Car les associations jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la solitude et la précarité.

Nous sommes très attachés à tous ceux qui, autour de nous, partagent ces valeurs de partage et de solidarité…

Je veux parler des bénévoles, ces femmes et ces hommes, qui œuvrent au quotidien dans leurs associations pour venir en aide à tous ceux qui connaissent des difficultés.

A Port Saint louis du Rhône, ils sont notre richesse, notre identité, je nous souhaite qu’ils le soient pour longtemps encore.

Je sais qu’ils n’aiment pas être dans la lumière, n’aiment pas qu’on parle d’eux.

Je voudrais tout simplement leur dire un grand merci pour leur générosité et leur engagement exemplaire, ne serait-ce qu’au vue du nombre d’années de bénévolat :

Je pense à Renée et Janot Meyer, qui œuvrent depuis plus de 25 ans au Secours Populaire, pour assurer la collecte alimentaire et sa distribution, j’ai aussi une pensée émue pour Alberte Michel, qui s’est également beaucoup investie dans cette association, en tant que trésorière.

Je pense à Pierrette Bonnet et ses 50 années de bénévolat au club des anciens le Delta,

Je pense à Rosario Moreno, monsieur et madame Daros à la Croix Rouge,

à Martine Guarracino au Secours Catholique,

A René Romagne qui  compte également 50 années de bénévolat dans le secteur sportif,

Il y en a beaucoup d’autres, car le bénévolat, c’est aussi un travail d’équipe,

Des équipes soudées comme on en rencontre à la Rose des Vents ou aux Resto du cœur (Annie de Coster).

C’est avec une société plus juste, plus solidaire que nous pourrons relever tous les défis qui se présenteront à nous  tout au long de l’année :

En 2019, la convention internationale des droits de l’enfant fêtera ses 30 ans.

Nos interventions au Conseil départemental sur la protection de l’enfance sont nombreuses.

Aujourd’hui encore, en France, un enfant sur cinq, ce qui représente 3 millions d’enfants, vit en-dessous du seuil de pauvreté, c’est inacceptable !

Manque d’accès au soin, logement indigne, difficultés de scolarisation, ils sont touchés de plein fouet…

On ne peut qu’exiger que les enfants soient la priorité de la lutte contre la pauvreté, ce qui nécessite une plus grande mobilisation des acteurs territoriaux, le Département et l’Etat en première ligne, nous prendrons toute notre place dans ce débat et nous serons force de propositions car il y a vraie urgence…

  • en septembre 2019, aura lieu la RHONMAN RACE, une course d’obstacles extrême et éco responsable qui se déroulera sur la plage Napoléon, à l’initiative de Patrick Castellani, de nombreuses têtes d’affiche sont annoncées : nos sportifs locaux d’élite Matthieu Van Baelinghem et Constant Anghelou par exemple.

Cette manifestation est une occasion unique d’attirer tous les regards sur l’environnement exceptionnel dans lequel nous vivons pour mieux en souligner toute la fragilité,

Un environnement exceptionnel, source de développement économique, il est important de pouvoir concilier les deux.

Ce n’est pas un hasard si on retrouve les professionnels de la filière pêche de PSL dans l’agenda environnemental du Conseil départemental, pour la rénovation des parcs.

Urgence aussi, je dirai même « alerte climat » : Nicolas Koukas est d’ailleurs intervenu en séance publique sur le devenir de notre Camargue, je le laisserai évoquer ce sujet.

En signant la charte internationale « Responsable Care », l’union de l’industrie chimique en PACA s’est engagée dans une politique de transparence.

C’est notre devoir d’élus et de citoyens de demander et d’obtenir des engagements concrets en matière de lutte contre la pollution.

Je suis convaincue que l’industrie de demain doit prendre en compte la question du développement durable, que les citoyens et les élus doivent travailler ensemble toutes ces questions qui touchent à la fois notre santé et l’avenir de notre territoire.

En 2019, vous l’aurez compris, nous serons offensifs, présents sur le terrain pour écouter, présents dans le débat pour faire entendre les citoyens…

Comme l’a écrit Paul Eluard :

« Un autre monde est possible, mais il est dans celui-ci ! »

En ce début d’année, je vais donc de nouveau vous  souhaiter :

Du bonheur à volonté, la santé,

Une année d’actions pour plus d’égalité, plus de solidarité, plus de fraternité

Et longo mai !

Je vous remercie de votre attention, je vais laisser la parole à Nicolas

 

Seul le prononcé fait foi

 

Voeux Port Saint du Rhône le 21 janvier 2019 : Intervention d’Aurore Raoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.