26733464_391054544681553_4707828262334118851_n Mesdames, Messieurs,

Cher-es ami-es, Cher-es camarades,

Merci à toutes et tous pour votre présence

Avec la nouvelle année revient la tradition des vœux. Moment sympathique où on se souhaite le meilleur pour les mois à venir.

Si je me plie avec plaisir à cette coutume en souhaitant à chacun d’entre vous tous mes vœux pour 2018, je ne peux qu’être inquiet sur ce qui nous attend au regard de la situation du monde, de notre pays et de notre département.

Dans le monde d’abord, avec d’un côté les menaces de deux dirigeants va-t-en -guerre qui « jouent » avec le chantage nucléaire. Un monde soumis de plus en plus fréquemment aux catastrophes naturelles dues au réchauffement climatique.

Un monde où la misère, la guerre, les dictatures jettent sur les routes des centaines de milliers de gens en quête d’un avenir moins sombre.

Des enfants, des femmes, des hommes qui meurent par milliers en méditerranée, se heurtent à des murs, sont pourchassés,  comme si la planète n’était la propriété que de quelques-uns.

Dans notre département, depuis plusieurs mois les travailleurs sociaux du Département et de la CAF s’inquiètent des conditions d’accueil des enfants : manque de places, de personnels, de formations. Ils revendiquent et nous avec eux les moyens pour pouvoir remplir pleinement leurs missions  auprès des familles.

D’ailleurs, de notre côté nous sommes intervenus à plusieurs reprises pour que notre collectivité mette en œuvre un véritable plan  d’urgence pour répondre à la mission essentielle du Département : la solidarité !

La France est pointée du doigt par l’Union européenne pour être le mauvais élève quant à l’accueil des enfants mineurs étrangers. L’Etat  comme le Département doivent prendre leurs responsabilités ! Pas un enfant ne doit dormir dehors, ils doivent tous pouvoir vivre dans la sécurité et la réponse à leurs besoins.

Nous ne pouvons accepter l’argument de la baisse des dotations de l’Etat pour justifier une quelconque remise en cause des droits des enfants !

Et la solidarité c’est le cœur de métier du Conseil Départemental. Cette compétence est plus que jamais essentielle.

Cette compétence doit être notre priorité ! De par leurs politiques sociales et de sol26814743_391053164681691_1008946627084401536_nidarité, les Départements sont un atout majeur pour protéger, pour garantir l’égalité entre les gens et entre les territoires. Les Maisons de la Solidarité – MDS- sur notre canton celle de Gardanne jouent un rôle essentiel mais comme dans de nombreux services les moyens manquent et le personnel souffre.

Autre sujet d’inquiétude, les premiers effets de la loi travail qui va faciliter les licenciements, priver les salarié-es des moyens pour se défendre dont ils disposaient encore. Dans notre canton, ceux qui résistent sont nombreux : ceux de Coca Cola aux Pennes Mirabeau, ceux de la Centrale à Gardanne et bien d’autres…

Pour notre canton et plus particulièrement ici, à Gardanne, se pose la question cruciale d’un nécessaire avenir industriel respectueux de la planète.

Je suis résolument aux côté des travailleurs d’Altéo, d’UNIPER, de Lafarge et de leurs syndicats pour dire avec eux que notre canton, notre département, la France ont besoin d’industries et que leur savoir-faire doit contribuer à un développement durable.

C’est aussi dans ce cadre qu’alertés par de nombreuses associations : centres sociaux, associations sportives et culturelles, d’insertion et de solidarité, … sur les difficultés qu’elles rencontrent face à la situation liée à la suppression  des emplois aidés et à la baisse de financements, Philippe Petit et moi-même avons organisé un conseil cantonal associatif en novembre.

Avec les associations qui par leurs actions sont des acteurs majeurs et participent au lien social, nous avons décidé d’une lettre ouverte au Préfet demandant que soit réunis des Etats Généraux du mouvement associatif afin :

– de faire un état des lieux dans notre département

– d’examiner l’ensemble des questions auxquelles il est confronté

– de permettre la reconnaissance du rôle des bénévoles.

C’est aussi parce que je crois aux services publics, à leur utilité, que nous avons participé aux mobilisations pour leur sauvegarde : à l’hôpital Nord contre la baisse des moyens,  à la poste avec mes ami-es des Pennes Mirabeau contre la fermeture des bureaux de postes,  ainsi qu’à Biver suite à l’initiative de Roger MEI, devant les gares pour un service ferroviaire de qualité, et avec André Molino Maire de Septèmes les Vallons pour que soient renforcés les moyens humains et matériels de protection civile – incendie (condition de travail des brigades de sapeurs-pompiers, maintien, voire extension, d’une flotte de bombardiers d’eau en capacité d’intervention sur tout le territoire…).

J’en profite pour remercier les sapeurs-pompiers qui, au quotidien, souvent au péril de leur vie, s’engagent pour la protection des citoyens, de nos massifs à Septèmes, aux Pennes Mirabeau, à Mimet et à Gardanne où le nouveau centre de secours pourtant aménagé et occupé tarde à être inauguré !

Bien d’autres sujets masqués par un discours gouvernemental en totale contradiction avec les actes, nous préoccupent.

Comme par exemple la prétendue baisse des impôts qui ne concernera en fait que les plus riches, quand les retraité-es verront leur retraite amputée, les fonctionnaires imposer un jour de carence, les forfaits hospitaliers augmenter, et que la suppression de la taxe d’habitation peut contraindre de nombreuses villes à rendre payants des services jusqu’alors gratuits.

Par ailleurs, nous ne sa26815270_391052871348387_2890313515212595836_nvons pas encore ce que va devenir la proposition du Président de la République  sur l’avenir du Département des Bouches du Rhône ?

La conférence des territoires a posé à nouveau le débat sur la fusion de la métropole et du département.

Cette fusion ne constitue ni plus ni moins qu’une suppression des départements qui ne dit pas son nom et qui permet au gouvernement Macron d’éviter une modification de la Constitution.

Dans notre département, après le passage en force vers la Métropole cette fusion, sans concertation, aurait des conséquences graves pour les populations.

D’autant que nul ne sait comment les compétences du Conseil départemental seront assumées dans le territoire d’Arles et des Alpilles qui est hors métropole.

Si le Département est supprimé, seules ses compétences obligatoires seront transférées à une autre collectivité.

C’est le cas par exemple des aides sociales (RSA, APA, PCH…), qui sont une compétence obligatoire. Par contre, les crèches départementales, les collèges et la distribution des tablettes aux collégiens ou encore les subventions aux associations et clubs sportifs et l’aide aux communes qui ne font pas partie des compétences obligatoires, disparaitront certainement. Car comment la métropole pourrait-elle assurer ces compétences essentielles alors qu’elle est aujourd’hui une technostructure incapable d’assumer ses propres missions ?

Alors que tout appelle à une nouvelle décentralisation, à un nouvel âge de la démocratie, le schéma qui se profile ressemblerait plus à une « recentralisation » à l’échelle métropolitaine. Et celle qui se voit à la tête de cette méga structure n’est autre que Martine VASSAL.

Cette fusion va, accroître les inégalités entre territoires et donc faire apparaître une France encore plus fracturée.

Les départements, comme les communes, constituent un échelon indispensable dans la vie quotidienne de chacune et de chacun.

Vous avez dû noter dans le journal de canton l’invitation à donner votre avis sur cette question. C’est nécessaire et utile pour votre avenir et celui des communes qu’on veut réduire à leur plus simple expression.

Pour combattre cette politique, les vœux ne suffiront pas.

Il faut agir pour d’autres choix, pour une juste répartition des richesses alors que notre pays a vu les inégalités progresser ces dernières années de façon importante.

D’ailleurs, Pierre Laurent, secrétaire National du Parti Communiste à l’occasion de ses vœux lundi appelait à la riposte « face au cambriolage de la Maison France »

L’intervention citoyenne devra être bien plus forte qu’elle ne l’a été au cours des mois précédents et des m26734269_10204439413301139_6062123671362185440_nobilisations sont de ce point de vue réjouissantes. Ainsi en est-il de la prise de parole des femmes sur les violences et les agressions dont elles sont victimes. Et si certains (et hélas certaines aussi !) essaient de faire taire cette voix, elle a permis de mettre à jour les tares de notre société encore largement patriarcale et où le machisme  a encore la part belle.

L’égalité femmes hommes est encore à conquérir, elle fera avancer avec elle toute la société.

Les élu-es communistes du département, pour les responsabilités qui sont les leur-es, prendront toute leur place dans ce combat qu’ils et elles mènent déjà depuis de nombreuses années.

La lutte contre les violences faites aux femmes est une bataille qui est la nôtre, car il ne peut y avoir d’égalité entre les femmes et les hommes si on ne débarrasse pas la société de ce fléau.

«  Ce ne sont pas nos différences qui nous séparent. C’est notre incapacité à accepter et à célébrer nos différences » écrit la poétesse américaine Audre Lorde.

Par la voix de mon amie Evelyne Santoru-Joly, Conseillère Départementale de Port de Bouc, nous avons indiqué à plusieurs reprises que le choix de la nouvelle majorité au Département de supprimer la délégation du droit des femmes était un grave recul.

Pour nous chaque recul et  toutes les atteintes contre les droits des femmes sous-tendent une conception de la société où inégalités riment avec discriminations, restrictions des libertés, concurrence.

Tout cela est bien loin de notre conception du monde.

Pour finir je vous adresse une nouvelle fois tous mes vœux.

Que 2018 soit une année, je le souhaite, sous le signe de la solidarité et de la fraternité et de l’égalité femmes-hommes.

« L’histoire ne fait rien, c’est l’Homme, réel et vivant, qui fait tout. » écrivait Karl Marx dont nous allons fêter de bicentenaire de la naissance cette année.

Alors en 2018, je compte bien avec vous continuer à m’engager pour transformer la société, la rendre plus juste et plus équitable car : «  la vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. » Albert Camus

 

Seul le prononcé fait foi

 

 

 

Vœux canton de Gardanne des 16 et 18 janvier 2018 : intervention Claude Jorda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.