BP 2018 : Délégation Collèges.

Aurore RaouxMadame la Présidente,

Chers Collègues,

Notre présence dans les conseils d’administration des collèges du département et les retours que nous avons concernant les moyens financiers alloués par notre collectivité appellent à des commentaires.

J’avais évoqué avec vous, madame la Présidente, chers collègues, lors de la séance publique du 31 mars 2017, les réticences et les inquiétudes générées par l’application d’un abattement sur les fonds de roulement.

Cette règle s’est appliquée pour la 6ème année sur les budgets des collèges et malgré la volonté affichée par le département de ne laisser aucun établissement dans la difficulté, nous sommes alertés, interpellés régulièrement sur les conséquences néfastes de ce calcul.

D’ailleurs les annonces faites dans le Plan Charlemagne (qui prévoit 200 000€ d’augmentation de la dotation) et la poursuite de ces abattements sont souvent mises en parallèle et génèrent un sentiment d’incompréhension pour les représentants des parents d’élèves aussi.

Les arguments ne manquent pas :

  • Le conseil départemental a fixé le seuil en dessous duquel il n’y a plus d’abattement à 10% des charges nettes soit environ un mois de fonctionnement. Quand le seuil sera atteint, comme il l’est déjà pour certains collèges à Salon ou à Orgon, plus aucun prélèvement ne sera autorisé, que ce soit par le Département ou par le Rectorat. C’est trop peu !

La région PACA, en charge des lycées, a par exemple, fixé ce seuil à minimum 2 mois de fonctionnement.

  • Dans la réalité, si des dépenses à caractère exceptionnelles devaient être faites, avec un fonds de roulement aussi bas, l’avance de trésorerie ne serait plus suffisante pour la gestion du quotidien
  • Pour les dépenses qui ne dépendent pas du conseil départemental, le remplacement des véhicules de service par exemple, même impasse, la provision ne sera plus suffisante.
  • Un mois de trésorerie, c’est enfin trop peu pour tenir, si les versements du Conseil départemental interviennent au mois d’avril.

Au fur et à mesure de la réduction de ces fonds de roulement qui garantissent l’autonomie financière, c’est la liberté des équipes que l’on réduit, c’est l’ambition que la communauté éducative en direction des collégiens de tout le département que l’on revoit à la baisse. C’est des projets en moins !

En plus avec ce système on pénalise les collèges  les plus vertueux, ceux qui cherchent à réduire leurs dépenses au maximum et à qui on serre un peu « plus encore la ceinture. »

Dans les conseils d’administration des collèges, on parle de limiter les projets pédagogiques, les voyages scolaires, pour faire face à ces prélèvements répétés sur les fonds de roulement.

Je ne crois pas, Madame la Présidente, Chers Collègues, que ce soit la volonté de l’Assemblée Départementale, que de continuer à imposer ces restrictions.

Dont les conséquences sont : la perte d’autonomie financière, la diminution des projets destinés à la réussite des élèves, la peur d’arriver en cessation de paiement,  une atteinte à la liberté pédagogique…

Aussi, avec les élus de mon groupe, nous demandons à ce que cette règle de péréquation, appliquée depuis 6 ans maintenant soit tout simplement abandonnée. Car le seul objectif de notre Assemblée est bien de permettre à nos collégiens un parcours scolaire qui leur permet de réussir !

 

Je vous remercie de votre attention,

 

 

 

 

Seul le prononcé fait foi

 

 

Séance Publique du 15 décembre 2017 : Intervention de Madame Aurore RAOUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.