Communiqué de  presse de Claude JORDA 

Conseiller Départemental – Canton de Gardanne

Président du groupe Communistes et Partenaires

 

Droits des femmes : le compte n’y est pas !

 

Depuis plusieurs semaines la parole des femmes sur les violences qu’elles subissent au quotidien s’est enfin libérée. Loin d’être exceptionnelles on mesure, comment celles-ci concernent de très nombreuses femmes dans l’espace public comme privé, conduisant à la mort de l’une d’entre elles tous les trois jours en France.

Le Président MACRON vient d’annoncer un certain nombre de mesures qui vont pour l’essentiel dans le bon sens. Toutefois, à y regarder de plus près, on ne peut s’empêcher d’être inquiet quant à la réalité de leur mise en œuvre.

Ainsi qu’en est-il  des mesures pour lutter contre le harcèlement au travail au moment où les Comités d’Hygiène Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) -dont c’est une des missions- vont être supprimés et fusionnés avec les Comités d’entreprises ?

De la même manière E. MACRON annonce un plan de formation des agents des services publics et la création d’unités hospitalières pour prendre en charge les femmes victimes de violences quand il réduit le nombre de fonctionnaires et que les hôpitaux publics et les agents hospitaliers sont au bord de la rupture et n’arrivent pas à faire face aux charges qui sont déjà les leurs.

Enfin, comment ne pas douter de la volonté politique du gouvernement quand il n’y a plus de ministère de plein exercice consacré aux droits des femmes, quand son budget  représente à 0,066 % du budget de L’État en 2016 ( chiffres du Haut Conseil à l’Égalité entre  les Femmes et les Hommes, rapport disponible  haut-conseil-egalité.gouv.fr)  et que les associations qui œuvrent dans ce domaine voient leurs subventions fondre alors que la demande augmente ?

Ces remarques valent aussi pour l’action du Département, bien timoré en la matière. La suppression d’une délégation aux droits des femmes par Madame Vassal à son arrivée à la tête du Conseil départemental était symptomatique. Dès cette annonce Evelyne Santoru-Joly  avait indiqué : « je suis opposée à l’absence de délégation à part entière, ainsi qu’à la suppression de l’Observatoire des Droits des Femmes au Département. Car remplacer cet outil de diagnostic et d’action par celui des discriminations ne fait pas le compte ! »

De très nombreux combats sont à mener pour que l’égalité entre les femmes et les hommes, dans tous les domaines, passe du stade de slogan à celui de réalité.

Marseille le 28 novembre 2017

Communiqué de presse de Claude JORDA 28.11

Droits des Femmes – Communiqué de Presse de C.JORDA pour le Groupe Communistes et Partenaires au Conseil Départemental 13

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.